prendre la vague

Sentir la vague…

Peu de temps après avoir croisé le chemin du Transurfing, une idée est née… Un embryon d’idée… un truc vraiment peu probable… Moi, sur un surf, un vrai !

thumb_1962_post_postTrès loin de ressembler à ces minettes toutes fines qui surfent dans l’ombre de leurs idoles, bronzées et musclées, je me voyais pourtant vivre et sentir la vague comme une pro de la glisse… Je sentais que tout était là, dans ce moment…

Oui mais… il y avait un peu de boulot avant!  Bien sur j’aurais pu y aller franco et sortir de ma zone de confort immédiatement en testant, en mode guerrière… Mais non, je ne voulais que du plaisir et de la joie, rien que ça. Ce moment de rencontre je le voulais spécial, intemporel. Qu’il arrive comme une évidence dans ma vie, comme un cadeau que je me serait fait et que la Vie m’aurait tendu.

Il m’a fallu 2 ans pour me préparer à être prête, pour recevoir ce moment…

Il a fallu aussi qu’Herbert et Corinne se décident à ouvrir leur école de surf à Longeville-sur-Mer, en Vendée, afin que je puisse venir chez eux prendre mes premiers cours dans un véritable Esprit Surf

Et puis enfin, le jour J est arrivé. Je l’ai attendu non pas dans la hâte – j’avais plein d’autres choses à vivre avant – mais dans la douceur et la certitude que ce moment serait spécial.

Je me suis donc préparée… à être prête !

  • Apprendre à aimer mon corps tel qu’il est aujourd’hui et l’accueillir comme un ami – j’ai quand même eu besoin de vérifier s’il y avait au moins une combinaison à ma taille : rassurée !;
  • apprendre à aimer mon mental qui s’emballe ou au contraire tourne au ralenti, mais qui le plus souvent est d’une infinie clairvoyance et à mon service exclusif et fidèle ;
  • et ce qui m’a demandé le plus de travail peut-être : apprendre à aimer toutes mes émotions et à ne plus avoir peur du sentiment d’être amoureuse, d’Être en amour,  comme disent les québecois.

Sur ma route j’ai compris que la Certitude mêlée à ce sentiment particulier d’Être en Amour donne une recette redoutable d’évidence, de profondeur, de puissance et de justesse, d’autres appellent ça la Foi. Moi, je n’avais plus que la Certitude. J’ai du faire du chemin pour retrouver ce sentiment d’amour que j’avais perdu je ne savais plus où et je ne savais plus quand…

noirmoutier, descente vers la merLa Vie m’a servi ma ration, et plutôt deux fois qu’une. De prises de conscience en rencontres et de rencontres en prises de conscience, la Vie m’a rappelée vers des petits cailloux blancs laissés sur mon chemin d’amoureuse… Une palpitation au cœur du ventre, un émoi particulier sous les côtes, une respiration qui se fait plus profonde et les pensées qui s’arrêtent. Une vague de chaleur qui parcours tout mon corps et la certitude que quelque chose va se donner.

L’hier devient un présent qui est là comme un don des dieux. Et tout est là en même temps. Je suis tout, je n’ai plus besoin de rien. Je n’ai rien et pourtant rien ne me manque. Il n’y a que de l’amour à l’état brut, comme un diamant, et aussi doux que la caresse d’une plume ou d’une brise sur l’océan…

Je suis prête !

Le rendez-vous est pris et le jour J arrive… ni peur, ni appréhension, ni trac. Je suis prête… malgré 1500Km avalés les 3 jours précédents et encore près d’une centaine pour rejoindre Longeville.

Calme, sereine, prête à vivre LA rencontre …

Combi enfilée, je pars rejoindre le groupe. Herbert me donne les premières consignes et je plonge dans des vagues d’une belle hauteur… Ça va être sportif !

Et pourtant…

Je ne sais pas le nombre de vagues que j’ai prises, encore moins le nombre de celles que j’ai laissé passer, certaines en passant par dessus, d’autres en plongeant dedans avec fougue. Parfois mes bras n’en pouvaient plus quand mon cœur et mon ventre en demandaient encore. Certaines vagues m’ont poussée en avant quand d’autres m’ont fait tomber, avec force. Et je me suis relevée, encore, toujours.

Et puis il y a les 4 ou 5 vagues ou l’Amour et l’Instant m’ont donné rendez-vous. Elles se sont gravées dans chaque parcelle de mon Être, dans chaque vaisseau de vie qui me parcoure. Totalité…

Ville-Paysages-Nature-53C’est d’abord le dos tourné aux vagues immenses. La mer, c’est comme la Vie. Il y aura toujours des vagues, des hautes et des moins hautes, des moments calmes aussi… Mais pour l’heure, les vagues sont hautes, et elles tapent bien !

 

C’est ensuite le saut sur la planche pour m’y allonger et c’est à ce moment, le corps en équilibre que je ferme les yeux pour mieux sentir le flow…

Je rame, les yeux fermés et je sens le surf qui se cale dans le courant, face à la plage. J’entends juste derrière moi le bouillonnement de la vague qui s’affale et là… l’INSTANT…

J’ouvre les yeux. Le surf glisse, je suis en équilibre et j’écarte les bras pour me stabiliser bien sur et aussi pour offrir au vent mon bonheur d’être Une, entièrement, avec ce qui m’entoure, là, maintenant : l’Amour, la Vie à l’état brut;  certitude encore, je sais que plus rien n’arrêtera mon chemin de surfeuse de Vie. J’AIME ! En cet instant précieux j’aime toute la Création. Je suis cette Création qui déferle sans cesse… je trouve mon flow.

Je referais tous les kilomètres que j’ai déjà parcourus s’il fallait les refaire. Je n’en regrette pas un.

Je les ai tous faits et il n’y en a pas un à défaire.

Aujourd’hui j’ai compris ce que je faisais sur cette « Terre de Géants ».  Je n’ai jamais perdu la Foi, elle a toujours été là.
Tout comme l’Amour. Je regardais juste dans une autre direction.

 

 

 

 

 

 


160_F_24546014_7yPuOUPtC6xWQqD2He6yEkWNq8Fr34N0

Transurfing peut-il nous permettre d’avoir un corps de rêve ?

k5891891Oui… et non !… Quoi que ….

Un récent échange avec une de mes amies, Arcnaëlle, m’a permis de pousser plus avant encore l’utilité de Transurfing dans son quotidien. Bien des femmes (dont je suis) ont une relation au corps complexe et bien souvent paradoxale.

Être bien avec lui, quel qu’il soit,  tout en souhaitant plaire… Ne pas écouter les balanciers de la mode tout en ne culpabilisant pas trop sur les centimètres en trop ou en pas assez autour de la taille ou des hanches…

Vouloir un corps de rêve ? Mais de quel corps et de quel rêve s’agit-il ? du sien ? du rêve d’un corps standardisé et médiatisé ? S’agit-il vraiment d’autre chose ?

L’extrait que je vous glisse ici auquel s’ajoute des éléments clés du modèle quantique de Vadim Zeland vous apporteront une piste d’exploration intéressante j’en suis certaine.

L’amour guérit tout et comment ça marche alors ?

Extrait de http://www.elishean.fr/?p=29908L’Amour guérit toutes les maladies

Nous voyons ainsi que ces deux réalités que sont matière et esprit, se conjuguent pour donner un spectre que nous appelons « nous-même » et qui en réalité n’existe qu’en qualité d’hologramme auquel nous sommes identifiés. Cette identification fige la matière au même titre qu’elle engendre la fixité de notre esprit. Il suffit parfois de se persuader du contraire de ce nous sommes en train d’expérimenter pour en changer le contenu et cela est effectif par la simple application de la méthode Coué.

Mais il existe une autre manière de remplacer une réalité par une autre, et celle-ci est bien plus efficace puisqu’elle est en même temps contagieuse, c’est l’Amour.

Lorsque nous acceptons d’intégrer en nous cette qualité inépuisable d’énergie libre, nous démolissons la totalité des hologrammes et les redéfinissons. L’amour est une passion qui dévore le cœur de l’homme accroché à son avoir et qui transcende le cœur de celui qui a renoncé. L’Amour est avant tout Renoncement, car sans cet abandon total il n’y a pas d’amour, seulement du désir qui entraîne encore dans des vibrations de plus basses connexions.

Par amour, nous sommes prêts à tout abandonner, mais nous le faisons souvent en attente d’un retour venant de l’autre. Et si cet autre c’était nous? Qu’avons nous d’autre à attendre si ce n’est de nous-même?

Ce nous-même, ce spectre auquel nous sommes identifié, nous en savons l’inconsistance et pourtant nous devons plus que jamais l’aimer. Prendre conscience de l’irréalité de ce que nous sommes ne veut pas dire s’en éloigner, mais s’en rapprocher, afin de mieux explorer de nos caressantes et amoureuses intentions, cette virtualité. Comme un animal qui fuit devant nous lorsqu’on l’approche, cette virtualité sera sensible à l’écoute qu’on voudra bien lui concéder.

Votre corps ou « masse virtuelle » vous semble trop gros? Vous le nourrissez sans amour, dans la culpabilité …

Imaginez cette « masse virtuelle »comme un petit animal sans défense affamé et apeuré, que vous voulez approcher pour le nourrir et le soigner. et visualiser la façon dont vous vous adressez à votre corps et mettez-vous à sa place!

Cette matière n’est que le reflet de votre esprit, ils sont tous les deux l’endroit et l’envers d’une même médaille.

Il n’ y a pas de recette pour mieux aimer, puisque l’amour est simplement renoncement. La seule question à se poser c’est de savoir si on aime vraiment où si l’on attend quelque chose de l’autre.

Ce que vous attendez de votre corps, il ne peut vous le donner puisqu’il est le miroir de votre esprit.

Nous voyons ainsi comment le Renoncement qui est Amour peut changer la totalité de notre réalité…

Miléna

Copyright © 2013 ELISHEAN au Féminin

La réponse de TRANSURFING

160_F_24546014_7yPuOUPtC6xWQqD2He6yEkWNq8Fr34N0

Mon corps est mon miroir

Vadim Zeland au travers de son modèle quantique apporte une « explication » que j’ai conservé car véritablement intéressante… la « matière » est à la fois onde et corpuscule c’est-à-dire à la fois vibration et matière. Notre cerveau, par nos pensées, émet des vibrations (que l’on retrouve dans nos intentions conscientes ou non conscientes). Ces vibrations vont entrer en résonance avec toute autre « matière » qui a la même fréquence… Nous allons donc « attirer » ce à quoi nous pensons (même, et surtout inconsciemment). Pour ce qui nous concerne, dans notre relation au corps…

Le corps que je vois dans le miroir à l’instant T est le reflet de mes pensées anciennes à son sujet. Il est la représentation vibratoire de mes pensées à son sujet, au sujet de la nourriture (alimentation, affectivité) que je lui donne, au sujet de ce que je crois devoir faire ou ne pas faire pour qu’il soit « mieux » .

Dans ce cas je suis donc dans une vibration d’insatisfaction qui va alimenter une représentation non conforme à ce que je souhaite, non conforme à mes attentes sur lui…

A vous de voir 😉

[important]

Entrer dans le Renoncement, c’est entrer dans l’amour de ce que mon corps peut être simultanément, dans k11014610toutes les possibilités qu’il a d’être, car il a le potentiel de refléter toutes mes intentions (comme une graine « contient » déjà la plante adulte). Dès lors que je focalise mon attention sur « tous les possibles » de mon corps et que dans le même temps je « renonce » à un état particulier, alors je peux laisser mon intention d’amour de mon corps m’envahir totalement. Ce « bain d’amour inconditionnel » agit alors selon le principe de la résonance, et mon corps se met peu à peu à prendre la forme la plus juste qui soit pour moi comme représentation de cette vibration d’amour… Juste le laisser prendre la forme sans y mettre ni importance, ni résistance…

femmes courseL’alimenter, le faire bouger ne sont alors que des conséquences vibratoires et non pas des causes du changement du corps.

Je suis dans l’essai de cette perception et de ce vécu de « la réalité »… mon travail du moment : aimer tous les possibles, toutes les expressions de forme possibles pour mon corps et lâcher toutes les résistances, les importances et les attachements à une seule réalité…

[/important]

Amusez-vous, essayez, testez et…

Partagez cet article ou pensez à laisser vos commentaires. J’aurai plaisir à échanger avec vous sur ce sujet.

Je vous souhaite une très belle fin d’année et à très bientôt